Un matin sur la grande muraille de Chine
muraille

Il est 7 heures 30, Le jour n'est pas levé, seul dans la cour de l’hôtel Qiao yang, un petit hôtel cher et bruyant trouvé à la va vite la veille. À cette époque, il n'y avait pas internet. Aujourd'hui tout est plus facile, il suffit d'aller sur le site trivago. pour trouver un hôtel confortable à un prix raisonnable, se qui permet d'arriver dans le pays sans le stress de trouver de quoi coucher. . Revenons à moi qui attends, et qui cherche un taxi. Le réceptionniste comprend ce que je cherche, il sort et dans un anglais désastreux, il essaie de me dire qu'il n'y aura pas de taxis aujourd'hui, car ils sont en grève ou ils sont en congés, ( difficile de comprendre ) la journée nationale des taxis peut être, peu importe le motif, je dois me rendre à l'évidence je ne vais pas pouvoir aller voir la grande muraille aujourd'hui ce qui ne me réjouit guère. À cet instant, un grand blond descend les marches du perron à ma rencontre. Et me dit avec un fort accent américain.:
Where y can find one taxi here ?
Il n'y en a pas, ils fond grève ! tu le crois, un chinois en grève! lui répondis-je avec une envie incroyable d'éclater de rire.
Maybe, we can rent a minibus, if we find 7 other peoples!
Bonne idée. Nous attendons à peine dix minutes pour trouver un couple de Québécois qui avaient aussi décidé d'aller à Padaling ce matin-là.
Il ne reste plus qu'à en trouver trois autres, dix minutes de plus et l'affaire fût faite. Nous prenons place dans le petit bus dix places, je suis devants à côté du chauffeur, un homme d'une quarantaine d'années, sympathique mais assez dur en affaire comme la plupart des Asiatiques, une fois le prix négocié nous démarrons direction la grande muraille. une heure et demie plus tard après avoir traversé un paysage de brume au milieu des montages nous arrivons sur l'immense parking, au pied de la muraille. Le paysage restes parsemé des couleurs chatoyantes de l'automne.
Tout au long de la route nous avons fait réciproquement connaissance. il y a deux Américains, l'un est top modèle (pas mal ), et son copain est un champion de surf, deux filles allemande en vacance pour quelques mois en chine, puis un couple de québécois partis pour une année en Asie, la moyenne d'age ne devait pas excéder plus des vingt six ans .
- Brendon, un des deux Américains, me demande si j'étais déjà monté sur la muraille?
- Non lui répondis-je, mais ce n'est pas un problème m'empressait je de rajouter, pendant que vous serrez en haut moi je me promènerais au bas et je prendrais des photos d'en bas.
- Il n’en est pas questions, nous sommes sept et nous allons te monter jusqu'en haut, n'est ce pas dit, il a tous les autres en se retournant, qui médusés par cette nouvelle perspective n'ont rien pu dire d'autre que oui, oui bien sûr qu'on va te grimper jusqu'au sommet. Il y en a même une qui a ajouté , on ne vient pas jusqu'ici en fauteuil roulant, en ayant traversé toute la Mongolie et l'URSS, pour se retrouver au pied de la muraille.
Me voilà confus et joyeux à la fois tant de générosité me trouble. Une fois les billets achetés, nous adoptons la stratégie classique, les plus forts prennent les poignées dans mon dos tendis, que les autres se partagent les montants des cale-pieds et les roues, le premier perron n'a qu'une dizaine de marches, j'exige de mes nouveaux amis qu'il me laisse gravir seuls les quelques tronçons pavés mais sans escaliers. Quelle aventure si vous aviez vu les Japonais courir pour nous prendre en photo, Certains passages sont dangereux avec des escaliers vertigineux, mes compagnons transpirent à grosses goûtes, mais dans un dernier effort surhumain, nous arrivons au sommet. Là, un Américain en me voyant s’est frappé le front en répétant plusieurs fois « I CAN’T BELIEVE IT ! Et spontanément il me tend une liasse de billets verts. Le vieil homme aussi vieux que la muraille se lève et spontanément me délivre un certificat d’ascension en criant FIRST TIME, FIRST TIME.

Vous pouvez lire l’histoire de la muraille de Chine : ici.

muraille de chine
muraille de chine
chine
chine
muraille
mur
chine
RETOUR