baluchistan
crevaison
Un bus bariolé a la mode pakistanaise avec des couleurs chatoyantes, surmonté d’une galerie surchargée de bic et de broc, est arrêté au bord de la piste goudronné. Autour des hommes s'affairent à la réparation d'une roue crevée. Nous stoppons le convoi pour demander à cette famille s'ils avaient besoin d'aide, comme il se doit face à quelqu'un en pane en plein milieu du désert.. Ils n'ont plus de chambre à air et n'arrivent pas à réparer, par chance nous en avons encore une de rechange de la même taille. Ils remerciaient tous Allah de sa divine providence, un petit garçons le plus jeune de la famille se traîne sur les fesses, un pied bandé qu'il maintenait en l'air pour éviter de le poser sur le sol, il souffre c'est visible cela n'a d’ailleurs pas échappé aux yeux d'Amine qui de suite le dit à Michel notre docteur. De mon côté je cours vers le land Rover chercher des compresses et de la bétadine dans l’énorme trousse que je suis obligé d’emmener en cas de problème de peau. Pendant que Michel défait le pansement, il essai d 'expliquer avec de grand geste qu'il est médecin et qu'il vas soigner son enfant, le pansement défait, c'est l'horreur, le pied est vert de pu, la plaie est aussi béante que purulante, il est condamné à mourir dans peu de temps si l'on ne fait rien, pour enrayer l'infection du a cette double entaille sur le dessous et le dessus du pied. Le père essaie de nous expliqué que son fils s'est transperçé le pied de part en part sur un tesson de bouteille il y a une dizaine de jours maintenant. Il faut lui faire une injection de péniciline, vite ! car la septissémie est proche l'enfant à d'ailleur beaucoup de température, mais pour faire une piqure à un petit garçons du desert, est une opération très dificile, il est impossible de montrer son postérieur à tous le monde et encore moins au petite fille qui joue a quelques mètres de là, c'est un petit mâle ! et pour des musulmants du Baluchistan celà a une signification importante. des discutions entre le pére et l'enfant commence, les filles n'ont loin de là, rigole de la situation, l'enfant pleur mais ce déshabille quand même, la péniciline injecté et, les penssements terminés je lui donne une barre de chocolat et quelques bonbons ce qui lui redonne le sourire, et du coup fait tarire les sarcasme feminin. Le père s'est confondu en prière, il ne cesse de nous remercier dans le fond de ces yeux brillaient une reconnaissance éperdue nous avions sauvé son fils. Puis nous avons reprit nos véhicules et poursuivis notres route le cœur gai.... Il n'y a pas de hazard.......
Crevaison dans le desert du BALUCHISTAN
Retour
enfant
pied
pakistan
roue